Des Rivieres De Thalos

Des Rivieres De Thalos

Berger du Caucase

La dysplasie coxo-femorale

Pour les novices en cynophilie, après tout, à chacun son métier, nos chiens et leurs ancêtres sont tous radiographiés sur 5 générations avec des cotations allant de A à C. La FCI considère un chien C comme reproductible et exempt de dysplasie s’il est marié à un chien coté A (parfait), ce qui est et sera toujours le cas chez nous. De même qu’un chien B sera de préférence marié à un chien A ou B maximum.

Jusqu’à présent aucun cas de dysplasie sur un chien de plus de 18 mois issu de notre élevage ne nous a été signalé en 20 ans d’élevage.
Les chiens n’étant pas des robots et bien que nous prenons toutes les précautions d’usage pour nos chiens, il sera impossible de dire, d’affirmer que cela ne sera jamais le cas.

Les radios ou lectures officielles des parents de nos chiots sont disponibles sur place pour les familles adoptantes qui desireraient les consulter.

C’est une pathologie plurifactorielle, c'est-à-dire que son apparition ou non  et sa gravité  dépend de plusieurs facteurs :

-L’obésité (absolument proscrite chez le chiot et jeune chien)

-La qualité de l’alimentation (n’en déplaise à certains)

-L’activité physique (pas d’excès mais pas non plus de confinement)

-Les escaliers (interdit)

-Les compléments alimentaires (type : petphos, vitamines, calcium, phosphores minéraux, etc… :interdit)

-Les sols glissants (carrelage, sols plastiques, parquet ciré, etc… :interdit)

-Les sauts (à éviter au maximum)

-Les traumatismes (coups, chutes ou accidents, etc...)

-une prédisposition génétique

Liste non exhaustive.

Notre expérience professionnelle, personnelle et nos recherches  de 20 ans nous ont appris que chez le chiot et le jeune Caucase, en particuier, la laxité ligamentaire est présente et nécessaire pendant la croissance qui est longue et fragile.

Ce phénomène est présent également chez nombre de jeunes mammifères de grandes taille comme chez l’homme.

La croissance osseuse et cartilagineuse du Caucase se finissant à 2 ans minimum, il est recommandé de ne pas radiographier son jeune chien avant cet âge sauf cas de force majeur bien évidemment tel qu’une boiterie qui ne se soigne pas ou un accident.

Il faut savoir que la forte traction pratiqué lors d’une radiographie sur les hanches d’un jeune chien en pleine croissance, en plus de fausser le diagnostic peut avoir de graves conséquences sur le développement de celle-ci. Au Usa, les radios de diagnostic de dysplasie ne seront prises en compte qu’a partir de 2 ans révolus.

Les études américaines étant largement plus avancées en la matière et le contrôle de lecture étant plus structurées que la France et en Europe en général, nous basons donc notre travail de sélection selon ce protocole.

En France et en Belgique, nombre de vétérinaires sont tentés de faire opérer des chiots entre 7 et 10 mois, période de la plus grande laxité ligamentaire, pour des raisons purement pécuniaires. Il est évident qu’aussi renommé ou gentil que soit votre vétérinaire, il ne dirige pas une œuvre philanthropique mais bien une entreprise avec du matériel souvent très onéreux et rapidement obsolète à amortir et rentabiliser. Et c’est tout à fait normal.

Mais malheureusement certains vétérinaires, en voyant des personnes crédules et influençables, n’hésitent pas une seconde à vous présenter la chirurgie dans l’urgence comme seul recours possible pour le bien de votre chiot, là ou la simple patience ou un traitement conservateur (chondro-protecteur, fluor, hydro-thérapie, etc...) aurait été le plus adapté.

Je vous invite à suivre ces liens pour en savoir plus sur cette pathologie qui peut gâcher la vie de votre chien :  http://www.chiensderace.com/doc/anatomie/dysplasie.php






Pour les obsédés et les fanatiques de la chirurgie et des éminents docteurs vétérinaires, je ne dis pas de ne pas soigner votre chien, c’est tout le contraire mais un traitement médical, en plus d'être non invasif, est réversible, pas une chirurgie. Il faut impérativement se sortir de la tête que le fait d’opérer  un chiot soit une solution, cela devrait être le dernier recours, après que toute autre solution ait été envisagé et mise en œuvre.



Sachez seulement que l’éleveur n’a aucun intérêt  à vous déconseiller la chirurgie chez le chiot et le jeune chien si ce n’est de le protéger.